CAMARGUE avec le groupe local Toulon-Hyères

Publié le par Sophie & Julien

VENDREDI 06 NOVEMBRE

Arrivée des bénévoles au gîte de Salin de Badon pour un repas commun.

SAMEDI 07 NOVEMBRE



Nous nous levons à l'aurore pour parcourir les différents observatoires de Salin de Badon. Les passereaux sont nombreux sur le chemin et les chants d'une grande variété emplissent l'atmosphère fraîche de cette journée. Les pluviers et les courlis sont aperçus depuis l'observatoire des Flamants. Un groupe de Chevaliers arlequins, quelques Oies cendrés, des Canards souchets se reposent du côté de l'observatoire des Foulques. C'est à cet endroit que nous observerons longuement deux Gorgebleues à miroir.




Direction le Marais du Grenouillet. En chemin, dans un champ en face du Mas de Fiélouse, nous nous arrêtons pour observer un magnifique Faisan de Colchide et quelques Bruants proyers. C'est le moment choisi par un vol de Grues cendrés pour traverser le ciel.
Un peu plus loin, le Marais du Grenouillet regorge de Vanneaux huppés, mais tout semble s'être envolé le matin, après le passage des chasseurs.


Nous déjeunons à La Capelière, puis nous dirigeons sous la pluie vers le Mas d'Agon pour observer quelques grèbes, Grandes aigrettes et Busards des roseaux.

Plus tard, au crépuscule, les Oies cendrées affluent dans le Marais du Grenouillet. Encore quelques observations sur les chemins de Salin de Badon et la nuit tombe. L'occasion de partager à nouveau un repas convivial.

DIMANCHE 08 NOVEMBRE


Vol de Chevaliers arlequins

Nous prenons la direction des Salins de Giraud afin d'observer les limicoles, trop loin, sur la Baisse des 500 Francs. A la plage de Piémanson, une quarantaine de Fous de Bassan sont observés, en compagnie de deux Macreuses noires et d'un plongeon. Côté Mas des Charlots, c'est un Faucon pèlerin chassant les Vanneaux huppés qui ravira les observateurs.


Le déjeuner à La Capelière sera l'occasion de photographier une Grande aigrette aux abords d'un observatoire. En retrait, quelques Fuligules milouins et morillons nagent derrière elle.






L'après-midi le groupe de bénévoles découvre le Verdier du Sambuc, où, surpris dans sa roselière, un Butor étoilé s'envole furtivement au regard des plus chanceux. Les Pipits farlouses, Bruants des roseaux et Alouettes des champs s'envolent à notre passage tandis qu'un renard croise notre chemin. Dans un paysage magnifique, c'est probablement le cheval venu à notre rencontre qui restera dans les mémoires de la plupart...



Déjà le soleil tombant à l'horizon annonce la fin de notre week-end en Camargue.

Publié dans Camargue

Commenter cet article

cyrille 25/11/2009 08:12


Dommage que vous m'ayez pas prévenu, sinon je serais venus avec vous.